LA RENTRÉE … ENFIN !

  • Mordekhaï BENSOUSSAN
LA RENTRÉE … ENFIN !

Non, ce n’est pas le fayot de la classe qui parle ! Mais enfin, on peut trouver des côtés positifs et attractifs dans cette époque si particulière de l’année.

Pour ma part, n’ayant quasiment pas pris de vacances cet été, je suis resté sur le pont, pour garder le cap du navire de la Communauté. De nombreux vacanciers nous ont rendu visite, et de nombreux fidèles sont allés se reposer ailleurs : c’est le ballet habituel des vacances d’été. Celui-ci a été particulièrement mouvementé à cause des évènements dramatiques qui s’y sont produits, traumatisants même par leur caractère particulièrement cruel. Même la France au bord de mer, en vacances, s’est sentie bouleversée.

Mais la période d’accalmie communautaire sert surtout à prendre un peu de hauteur, à faire le point et à voir un peu plus loin ce qu’il convient de faire, d’entreprendre ou de réaliser pour notre Communauté. Oui, cette période est nécessaire pour laisser décanter les choses, pour nous qui avons le nez dans le guidon et qui pédalons toute l’année pour maintenir le vélo en équilibre.

Alors, à la rentrée de septembre et à la veille des grandes fêtes de Tichri, nous prenons de nombreuses résolutions, requinqués par le repos estival et remotivés pour affronter les nouveaux défis que ne manque pas de nous imposer la marche de la Communauté.

Pour ma part, j’ai des projets plein la tête et je ne demande qu’une chose : que D. veuille bien me les faire réaliser. D. et vous aussi, les membres de la Communauté perpignanaise, dans laquelle j’inclus bien sûr, nos frères des petites villes environnantes. Vous êtes tous demandeurs d’actions et de réalisations, pour le judaïsme et pour Israël. Soit ! Vous avez raison. Mais votre attente justifiée ne doit pas ressembler à l’attitude de consommateurs à qui l’on propose de la marchandise, et qui choisit ce qui leur plait et refuse ce qui ne leur plait pas. Nous ne sommes ni dans un marché où les marchands attendent les clients, ni dans une émission de téléréalité uniquement basée sur l’audimat et le score d’audience. Ce que nous avons à vous proposer, c’est du judaïsme, une Tradition ancestrale que nos parents, grands parents et aïeux ont consommé sans modération, depuis des millénaires, parce qu’ils y ont vu la seule garantie de leur survie spirituelle et identitaire. La seule qui change, aujourd’hui, c’est la présentation, c’est l’emballage ou le papier cadeau entouré du ruban qui enveloppe la boîte. Aujourd’hui, c’est la "comm" qui compte, la façon de présenter le judaïsme qui n’a pas pris une ride. Je suis tellement sûr de ce que je présente – je n’ai pas dit « je vends » - que je n’ai aucun mal de dire et de redire tous les bienfaits contenus dans ce rouleau de la Torah. Et plus le temps passe, plus l’actualité se contracte dans des événements de plus en plus dramatiques, et plus je suis persuadé que toutes les réponses sont contenues là, sous nos yeux ; le tout est de les avoir ouverts.

La communication ? Je trouve que nous sommes très bien lotis à Perpignan, avec un site internet de la Communauté, et un blog très honorable qui parle, qui exprime de façon claire ce que vous pensez presque tous. Voici les outils modernes dont nous disposons.

La communication ? Vous avez, depuis bientôt deux ans, un Rabbin enthousiaste malgré tout, qui tient son cap, qui prie avec ferveur, qui enseigne aux grands comme aux petits, qui éduque, qui écoute, qui visite, qui marie, qui circoncit, qui assume largement son rôle rabbinique traditionnel, qui représente la Communauté.

Pourtant, ce Rabbin est parfois triste et déçu. Par quoi ? Par le manque flagrant de fréquentation aux offices, aux cours, aux conférences etc… Comme si la Communauté pensait que le Rabbin est là pour ça, à sa place, et qu’elle est, elle, à sa place… chez elle, à la maison.

Ceci est une conception erronée de la Communauté. Tout comme Moïse n’était rien sans le peuple d’Israël, le Rabbin ne peut rien faire, rien entreprendre tout seul, sans la participation active de la Communauté, c'est-à-dire de chacun.

Voici quelques réflexions que j’ai voulu partager, en cette rentrée de septembre, et que j’aurai l’occasion de répéter lors des fêtes de Tichri qui arrivent à grands pas.

Que D. vous garde.

www.cippo.eu -  Hébergé par Overblog