La Candeur papale

  • Mordekhaï BENSOUSSAN
La Candeur papale

Est-ce de la naïveté ou de l’angélisme qui anime le Pape François ? Il est indéniable que ce dernier est un personnage fort sympathique, attachant, simple dans sa conduite et dans ses propos ; il touche des millions de croyants par sa simplicité et sa franchise, son authenticité dans son attitude fraternelle. Certes.
Cependant, certaines de ses prises de positions étonnent, voire même choquent. En voulant voir le monde avec miséricorde et une certaine candeur, il surprend lorsqu’il pense et dit des propos simples, je n’ose dire simplistes. Pour ce haut prélat de l’église, issu des classes pauvres d’Argentine, orienté vers le tiers monde et les défavorisés, il aurait une certaine tendance à croire que les malheurs du monde sont dus essentiellement à la pauvreté et à l’inégalité sociale qui sévissent dans le monde. C’est le désarroi que le Pape provoque quand il compare la violence islamiste à celle des catholiques du Moyen Age. C’est la gêne qu’il suscite lorsqu’il considère que le terrorisme a grandi dans les terreaux de la misère et de l’exclusion, dans l’injustice sociale. Le malheureux prêtre Hamel qui s’est fait égorger sur l’autel de son église, n’a-t-il droit qu’à ce regret papal de voir toute cette violence se déchaîner à cause de la misère des délinquants ? Sont-ce tous des délinquants les coupeurs de têtes et les violeurs de Yazidis ? Les tireurs fous du Bataclan et les écraseurs de promeneurs sur la Promenade des Anglais ? N’a-t-il rien à dire, le Pape François, sur les persécutions des chrétiens d’Orient, depuis des décennies, que ce soit en Egypte, comme en Cisjordanie comme en Irak et en Syrie ? Il ne veut pas voir dans ce terrorisme aveugle, une véritable guerre de religions que mène une partie de l’Islam contre l’Occident et la chrétienté ? Savez-vous comment ils les appellent, les chrétiens ? Les koufarim, les incroyants ! Tout ce qui n’est pas musulman, pour ces fous intégristes, est incroyant et mérite la mort – le djihad – à moins qu’il se convertisse. Allons, réveillez-vous et appelez les choses par leur nom ! La guerre est déclarée depuis longtemps, au monde entier, y compris aux musulmans qui ne pensent pas comme eux. Il faut malheureusement choisir son camp, et c’est un choix difficile pour tous ceux qui prônent l’entente et la tolérance.
Je serai tenté de croire que le Pape a raison d’assumer aussi la haine et la violence que la chrétienté a déchaînée durant des siècles, essentiellement contre les juifs. L’Eglise a été le plus grand persécuteur du peuple juif durant des siècles, avant l’islam. Mais on ne peut faire d’amalgame, dans le mauvais sens, entre la terreur que fait régner aujourd’hui l’islam salafiste, et la chrétienté du Moyen Age. Le Pape devrait être le premier à le préciser et à fustiger cette idéologie de haine et de mort qu’enseigne l’islam radical d’aujourd’hui. De plus, ce ne sont ni les bidonvilles de Malaisie, ni les favellas de Rio (ville des J.O. !...) ni les camps palestiniens insalubres de Jordanie qui doivent engendrer ces assassins aveugles et assoiffés de sang. Toute la misère du monde, toute la détresse de l’humanité ne sauraient ni expliquer, ni excuser ces massacres et ces meurtres perpétrés froidement et cruellement. A fortiori une religion qui se dit de bonté et de miséricorde.
Voulant apaiser la haine et les rancœurs, le Pape fait l’impasse sur ce que cette idéologie mortifère a de plus abject. Pris dans son élan de générosité et de miséricorde, le Pape en oublie qu’il a affaire avec des criminels de troisième ordre, ignares et stupides, qui ne savent manier que le couteau et la kalachnikov, qui enseignent à leurs gamins à tuer et à mourir pour leur cause indéfendable.
Le D. du Ciel et de la Terre, le Créateur de chaque créature, nous commande d’aimer son prochain, de voir en lui une créature divine, de le respecter et de l’aider, tout ce dont ces terroristes n’ont absolument aucune notion.
Il est du devoir du Pape, et de tout homme d’esprit et de religion, de fustiger, de combattre même par des mots bien sentis, ce fléau qui terrorise le monde. Foin de toutes ces précautions oratoires, de ce stupide « politiquement correcte », de ce langage aseptisé et lissé qui nuit tant à nos sociétés d’aujourd’hui. Lorsqu’Israël affirme et affiche sa détermination à éradiquer le terrorisme d’Israël, lorsqu’il suscite l’hostilité et la condamnation des nations ridicules et impuissantes, et qu’il déclare « qu’il préfère recueillir des condamnations que des condoléances », il a raison, et il a raison seul dans le monde. Aujourd’hui, on commence à comprendre qu’il a raison d’avoir raison.

Michael 07/08/2016 12:03

Décidément, les leçons de l'Histoire ne servent à rien ! Dans les années 1920 à 1945, les idéologies fascistes et nazies n'ont pas prospérées sur la misère sociales comme on pourrait le penser. Les nazis allemands sont arrivés au pouvoir avec l'appui de grands industriels, de grands financiers et d'une partie non négligeable de la bourgeoisie. Certes, les sbires de ce régime abject provenaient en partie des classes populaires, mais en partie seulement. Il en est de même aujourd'hui. L'idéologie islamo-nazie se propage en utilisant les "paumés" de nos banlieus populaires, mais avec l'appui de penseurs bien établis (Tariq Ramadan et consors) et le soutien passif de nombreuses autres composantes de nos sociétés occidentales...
S'agissant du silence et de l'inaction du Vatican (nonobstant quelques initiatives individuelles) qui ont conduit six millions de Juifs à la mort, ainsi que d'autres milliers de victimes innocentes, au cours des années 1930 et 1940, on retrouve aujourd'hui le même angélisme que vous dénoncez dans votre courageuse chronique. Si des actions lucides et déterminées ne sont pas menées contre l'idéologie islamiste et ses conséquences barbares, les mêmes causes produiront malheureusement les mêmes effets. A une différence près : Israël veille et se bat, lui...

Michel ASSOUN 05/08/2016 15:27

Qu'il soit permis de rajouter un post scriptum, né d'une réflexion drolatique lue dans la presse :
Sans doute certains regrettent ils de n'avoir pas une troisième joue.....
Et donc la créent ils de toute pièce.

Michel ASSOUN 05/08/2016 10:02

Aux temps, pas si lointains, de l'épanouissement du parti communiste de l'union soviétique, et de celui français aussi, leurs adeptes traitaient les êtres qui "suivaient" sinon précédaient, sans cependant en être membres actifs, "d'idiots utiles".
Et ils les méprisaient.
Les djihadistes ont leurs idiots utiles - également, tel ce chef de l'église romaine, aveugle devant les réalités.
Autres temps, autres moeurs : nous avons à l'esprit ce chef passé de la même église, Jean Paul 2, homme de caractère qui aura contribué on ne peut plus à l'effondrement de cette dictature sanguinaire qu'aura été le marxisme léninisme en URSS.
Combien de lamentables idiots utiles aujourd'hui, aidant à perpétuer cet autre fascisme qu'est l'islamisme ?....

www.cippo.eu -  Hébergé par Overblog